DIY : comment fabriqué son premier e-liquide ?

« Allons donc ! Encore un acronyme cryptique ! » vous êtes-vous dit encore hier en découvrant cet étrange sigle au détour de vos glanages quotidiens d’informations vaporeuses.
On ne vous jette pas la pierre, c’est vrai qu’au début comprendre le jargon de la vape, c’est un peu comme dompterune bête sauvage. Laissez-nous donc vous expliquer l’un d’entre eux, et non des moindres : Le DIY !

Acronyme de « Do It Yourself », le DIY se traduit chez nous par « Je fais mes E-liquides tout seul » Après la sortie des lois TPD (sur les produits du tabac) interdisant la vente de flacons nicotinés d’une contenance supérieure à 10Ml (entrainant des coûts d’exploitations plus élevés) les prix ont augmentés et les quantités diminuées. Obligé d’acheter plus de flacons, et plus cher à l’unité, c’est là que le DIY a pris son essor. Ces contraintes s’appliquent au E-liquides tout prêts mais les produits de base les composants, eux, sont laissés tranquilles. L’astuce est donc de reprendre les éléments de base de votre e-liquide préféré, et de le refaire vous-même en grande quantité. Les fabricants vendent donc à présent les bases de leurs produits non mélangées, et vous laisse faire vos mélanges en grande quantité à moindre coûts.

Pour vous guider de A à Z sur le sujet, voici un petit sommaire, fait lui aussi à la main :

  1. Fabriquer son premier E-liquide
  2. Les accessoires indispensables pour le DIY
  3. Qu’est-ce qu’un booster de nicotine ?
  4. Quelle base choisir ?
    https://www.vapoter.fr/blog102-quelle-base-de-e-liquides-choisir-quand-je-debute-le-diy

1 – Fabriquer son premier E-liquide
Voilà ! on y est, vous vous lancez. Tel Walter White dans son camping-car, vous êtes prêts à lancer votre petit labo perso. Bon déjà vous êtes totalement dans la légalité donc ça va bien se passer, ne vous inquiétez pas.
Votre E-liquide final se composera toujours de : une base PG/VG, et d’un concentré d’arômes.

La base :
Comme son nom l’indique c’est la composante fondamentale de votre e-liquide.
Tout comme dans vos e-liquides tout faits, elle se compose de propylène glycol(PG) et /ou de glycérine végétale (VG), en proportions variables selon les effets que vous recherchez.
Le propylène glycol est propice à la restitution des saveurs et du « hit » (contraction de la gorge provoquée par une cigarette classique), la glycérine végétale favorise la vapeur.
Attention à votre dosage cependant car plus la proportion deVG est importante, plus le liquide est épais ; ce qui risque d’encrasser votre résistance. Alors que le propylène glycol, plus liquide, la protègera.

Cette base existe avec des proportions de PG/VG différentes :
-70% PG / 30% GV
-30% PG / 70% GV
-50% PG / 50% GV
-100% PG
-100% GV

Le concentré d’arômes :
Ici pas vraiment de règle, à vous de voir en fonction de vos goûts. Les fabricants détaillent assez précisément leurs produitspour que vous ne soyez pas perdus. Libre à vous d’opter pour du fruité oudu gourmand.
Attention néanmoins à son dosage. On parle tout de même de concentré, donc n’ayez pas la main trop lourde. Pour en être sûr on vous conseille de rester sur 20% de concentré dans la totalité de votre mélange.


Exemple pour 150Ml de E-liquide final :
(150/100) X 20 = 30
Donc 120 ml de base PG/VG, pour 30ml de concentré

Laisser reposer :
Une fois le mélange terminé, comme toute bonne mixture, il va falloir la faire maturer. On appelle ça « Steeper ». C’est-à-dire laisser reposer votre e-liquide pour le laisser développer tout ses arômes.
Le délai de maturation à respecter est variable :
-Pour les arômes basiques : 2 jours minimum,
-Pour les arômes tabac : 2 semaines minimum, voir plus
-Pour les arômes gourmands : 1 mois minimum

Pendant cette période de maturation certains vapoteurs préconisent d’aérer et de secouer une fois par jour le e-liquide mais sur ce sujet les avis divergent.

Passer par une phase de test :
Une fois la phase de maturation terminée testez là. Si vous en ressentez le besoin, vous pouvez rajouter :
-De la base si votre arôme est trop fort
-Du concentré si votre e-liquide trop fade

Conservation de votre e-liquide
Tout comme vos bouteilles de e-liquides tout faits d’ailleurs, il doit être conservé dans un endroit à l’abri de la lumière, à une température entre 4 et 18°C. Ce qui va du réfrigérateur au placard. Dans tous les cas préférez des flacons opaques. Plus ils seront au frais, et moins ils auront de lumière, plus vos e-liquides conserveront leurs arômes.

2- Qu’est-ce qu’un booster de nicotine ?

Oui mais la nicotine dans tout ça ? Parce que vos bases PG/VG seront non nicotinés. Pour ajouter de la nicotine à votre e-liquide il vous faudra donc utiliser un grand booster ou plusieurs petits. Le booster nicotine est une base neutre de PG/VG avec une concentration de nicotine élevée.
La plupart des fabricants vous vendrons d’ailleurs un flacon de PG/VG neutre avec assez de place pour verser le booster également fourni en quantité adaptée à la base.
Après vous avez aussi l’option plus précise mais plus complexe de rajouter votre nicotine par boosters de 10ml. Pour savoir combien de boosters utiliser dans vos mélanges DIY voici un tableau qui vous sera fort utile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Secouer et laisser reposer

Voilà votre mélange DIY aux petits oignons et prêt et n’attend plus que vous pour être dégusté. Oui mais voilà, votre satané organisme réclame encore de la nicotine, et il faut donc lui donner pour ne pas avoir envie de fumer. Le booster est là pour vous. Sauf que voilà la grande question : «J’ai laissé maturer (steeper » mon mélange DIY e-liquide, dois-je aussi le laisser steeper après ajout de nicotine ? ». Et bien oui et non.
Non parce que la nicotine n’a pas d’arômes à développer. Vous devrez en revanche bien agiter le flacon pour qu’elle se repartisse de manière homogène.
Mais, Oui parce qu‘il est conseillé d’attendre une journée pour obtenir un résultat optimal.

3 – Les accessoires indispensables pour le DIY

Comme vous avez pu le constater après avoir lu assidument notre premier chapitre, il ne faut pas un doctorat en chimie pour faire du DIY. Au niveau de l’équipement rien de très compliqué non plus. Les accessoires nécessaires pour le DIY seront donc des flacons vierges, des seringues et du matériel de protection. Plus précisément :
-Une seringue graduée de 10 à 30 ml pour mesurer la base
-Une seringue de 1 ml pour mesurer les concentrés d’arômes
-Des flacons de 30, 50 et 100ml pour contenir les mélanges
-Des gants en latex et des lunettes de protection contre les substances à base de nicotine
Et voilà ! C’est tout.
En pratique cela donnera ceci :
1 – Mettez vos gants, vos lunettes
2 – Aspirez votre base autant de fois que nécessaire avec votre seringue graduée 30ml et reversez dans le flacon final
3 – Aspirez votre concentré de saveurs dans la seringue 1ml autant de fois que nécessaire et reversez dans le flacon final
4- Fermez, et attendez

4 -Quelle base choisir ?

Certes le DIY n’est plus réservé aux experts de la vape, et tout le monde s’adonner aux mélanges de grande contenances pour faire des économies.Encore faut-il trouver l’équilibre propylène glycol (PG) / glycérine végétale (VG) qui vous convient. C’est là qu’on intervient !

 

Les bases du DIY

D’accord DIY signifie « Faites le vous-même », mais ça ne veut pas dire que vous n’aurez pas besoin d’un coup de main, du moins au début.Un peu comme pour la cuisine ou le bricolage, la préparation de votre e-liquide n’est pas si éloignée que ces domaines.

Bon évidemment pour la cigarette électronique si vous voulez du arome banane-mangue on vous déconseille de sortir le presse agrume… Vous auriez des surprises au moment de l’allumage. Partez plutôt sur votre bon vieux concentré d’arômes et votre booster de nicotine, ça devrait faire l’affaire.
Mais faisons fit un instant des arômes, ici on va vous parler de l’essentiel de votre e-liquide en DIY : la base PG/VG.

Le propylène glycol (PG) et la glycérine végétale (VG) composent la base de votre e-liquide, et représente à elle seule entre 80 et 90% de ce dernier. C’est elle qui produit la vapeur. En revanche sans arômes, vous vaperez une substance sans goût.

S’il existe des bases déjà préparées où PG et VG sont vendues sans arômes ni nicotines mais déjà mélangés, il est possible toutefois de les acheter à part. Ainsi vous pourrez créer votre propre base en mélangeant propylène glycol et glycérine végétale à votre convenance. Car en fonction de la substance que vous allez privilégier, la saveur changera radicalement. Tout comme le ressenti.

Pour une priorité à la saveurallez vers une base avec un taux de PG plus important. Pour une priorité à la production de gros nuagespréférez une prédominance de VG dans votre mélange.
N’oubliez donc pas que si vous privilégiez du POG vous aurez besoin de moins de concentré d’arômes dans votre mélange qu’avec une prédominance VG.En plus des saveurs, le PG va favoriser aussi le hit, c’est-à-dire la sensation en gorge de fumer une cigarette.

Au contraire, les arômes seront moins présents dans une base à fort taux de VG et il faudra donc augmenter la concentration en arômes. Puisque le VG est la substance qui produira une grande quantité de vapeur, la base sera plus visqueuse et plus épaisse mais cela laissera place à une vape plus douce avec moins de hit et plus sucrée.

Quelle base choisir pour son DIY ?

Pour débuter dans le DIY, optez pour des bases en 50/50 PG/VG. En effet elles permettent un bon équilibre à l’ensemble. Les saveurs seront présentes à même hauteur que la vapeur. À partir de là, c’est à vous de voir si vous préférez ajouter plus de PG ou plus de VG mais il ne faut pas oublier que la glycérine végétale encrassera plus rapidement les résistances. Le propylène glycol, quant à lui, à tendance à assécher les muqueuses, donc si vous choisissez une base à fort taux de PG pensez à

Une base en 70/30 sera aussi un bon compromis pour obtenir un bon rendu des saveurs tout en produisant une quantité de vapeur correcte. Il s’agit d’un des dosages les plus répandus.

En résumé, en matière de base de DIY comme pour tout dans la vape,tout dépendra essentiellement de vos goûts et besoins. Si vous préférez des saveurs intenses, privilégiez le PG. En revanche, pour de gros nuages, la VG sera votre amie ! On vous l’avait dit que c’était comme la cuisine, il faut des connaissances derrière mais après c’est à votre sauce. Faites le vous-même… DIY !

Partager cet article sur :

Faire un commentaire

Commentaires modérés. Aucun lien ne sera publié

*