L’ASSEMBLAGE D’UN TERRAIN SYNTHETIQUE DE SPORT

Vous êtes certainement admiratif à la vue de la belle verdure d’un terrain synthétique de rugby, de foot ou de tennis et si vous vous demandez qu’est ce qui se cache derrière cette belle réalisation, la lecture de cet article vous éclairera.

Aménagement, pose et remplissage

Avant de faire l’acquisition de rouleaux de gazon synthétique pour un terrain de rugby, de foot ou de tennis, il y a un aménagement de terrain à réaliser. Un tel aménagement tiendra compte du fait que le terrain devra être doté d’une capacité d’évacuation de l’eau pendant les périodes humides, ce qui impliquera la mise en place d’un réseau de drainage de l’eau dans sa structure. Après l’excavation, le terrassement et le nivèlement, la pose des rouleaux de gazon pourra être faite. L’assemblage des rouleaux et leur fixation au sol se fait avec de la colle spéciale et des bandes de jointure. La tenue du sol va quand même nécessité le recours à du lest qui est constitué de granulat. L’étalement de ce dernier sur le terrain constitue la phase de remplissage qui est la dernière des étapes.

De quoi se compose un terrain synthétique ?

Comme vous avez sans doute déjà pu vous rendre compte, un gazon synthétique est comme de l’herbe sur du caoutchouc. La verdure synthétique est en fait faite de fibres de polymères imitant les brins d’herbe, lesquelles sont insérées par tuftage, comme pour la conception des tapis, dans le support qui est fait à base de latex et ce, pour leur renforcement. Un troisième élément essentiel vient s’ajouter aux fibres et à la base et c’est le granulat qui, lorsqu’il n’est pas fait à base de coco ou de liège est fait de caoutchouc de récupération issu du recyclage des pneus usés, et la création d’un gazon synthétique pour un terrain de rugby est à l’origine de la réutilisation d’une bonne centaine de tonnes de caoutchouc recyclé.

Il y a des normes pour les terrains synthétiques de sport

Les contraintes sportives font que certaines caractéristiques sont exigées par les fédérations pour les gazons artificiels. Pour le rugby en particulier par exemple, les règlements imposent ce qu’on appelle Hauteur de Chute pour assurer le confort de jeu des rugbymen. Aussi un terrain synthétique destiné aux compétitions ne peut-il être homologué que si son herbe artificielle a une épaisseur de 60 mm au minimum et que celle-ci s’intègre à la couche de souplesse. L’assemblage de ses constituants doit être tel que toute couche d’eau peut être rapidement rabattu pour empêcher sa stagnation. En ce qui concerne leur protection, il y a la couverture en films étanches et translucide.

Conclusion

L’assemblage de la pelouse artificielle est l’étape finale de la création d’un terrain synthétique de sport. Le mode d’assemblage est un facteur qui influe sur la sensibilité de la couche de jeu et il importe qu’il suive les normes exigées par les fédérations.
Partager cet article sur :

Faire un commentaire

Commentaires modérés. Aucun lien ne sera publié

*