Web Orthopédie

Quelques explications sur le déroulement de la chirurgie de la hanche

Le Dr Chamberlin, est un chirurgien spécialisé dans les différents traitements orthopédiques, notamment la chirurgie de la hanche.

L’articulation de la hanche peut être touchée par certaines pathologies, telles que des dysplasies de hanche, des conflits, des lésions post-traumatiques ou encore des fracture du col du fémur, qui mettent à mal sa mobilité et sa stabilité et entraînent des douleurs lors des mouvements notamment de marche.

Qu’est-ce qu’une prothèse de hanche ?

Dans tous ces cas, après examen approfondi du patient, le Dr Chamberlin de la Web Orthopédie pourra proposer une prothèse de hanche, ou PTH. Le but de cette prothèse de hanche est de venir prendre la place l’articulation coxo-fémorale lorsque celle-ci est malade ou usée. Le marché des PTH est constitué de nombreux types de modèles, mais tous ont un même point commun, celui d’être constituées de deux implants indépendants l’un de l’autre : le cotyle prothétique vient s’implanter à la place du cotyle naturel, dans le bassin et la pièce fémorale, qui va assurer la congruence et la stabilité de l’articulation artificielle, tout en permettant à la personne ainsi équipée de réaliser des mouvements d’une amplitude similaire à toute autre personne pourvu d’une hanche normale.

Comment se déroule l’opération menée par le Dr Chamberlin ?

L’intervention se déroule au bloc opératoire, dans une salle spécifique consacrée à la chirurgie orthopédique. Le patient est pris en charge par l’anesthésiste, lequel pose une voie veineuse ; des électrodes sont également posés pour suivre son rythme cardiaque, de même qu’un saturomètre permet et de surveiller le taux d’oxygénation artérielle. Des examens peuvent être demandés avant l’intervention, tels qu’un contrôle chez le dentiste ou, pour les femmes, un examen cytobactériologique des urines, dans le but d’éliminer un éventuel foyer infectieux inconnu. Généralement, quelques heures après l’intervention, il est conseillé de se mettre debout et de faire quelques pas, ce qui diminue le risque de phlébite. Dans le but d’éviter des luxations accidentelles de la prothèse, la personne opérée est allongée sur le dos, le membre opéré en rotation interne. Un kinésithérapeute lui rendra visite dès le lendemain, pour mettre en avant la tonification des muscles du membre opéré ; le surlendemain, il aidera la personne à se lever et à faire quelques pas. Une semaine après environ, elle pourra rentrer chez elle.

Partager cet article sur :

Faire un commentaire

Commentaires modérés. Aucun lien ne sera publié

*