Mise en conformité avec la loi des e-liquides

Les cigarettes électroniques, et naturellement donc leurs liquides à vapoter, sont des produits qui intéressent la santé publique à un tel point que les autorités de la Santé les ont mis en relation avec une réglementation. Que gagnent les producteurs à se mettre en conformité ?

Les raisons de la mise en conformité

L’e-liquide de l’e-cig se compose de substances qui le font entrer dans la catégorie « Produit du tabac ». De ce fait, il intéresse les autorités de la santé qui souhaitent encadrer le marché de l’e-cigarette. L’AFNOR XP D90-300 est la norme qui intéresse autant ses substances et son flacon que la nature de la fumée qu’il produit. En tant que produit chimique, chaque élément constitutif du liquide de vape doit être révélé à l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) avec un détail sur ses caractéristiques. Il est du droit de l’acheteur de demander à son vendeur la nature de l’e-liquide et comme il est probable qu’il se renseigne pour sa sécurité, la transparence et la conformité avec la norme sont de mise pour établir la confiance.

Le bio a aussi sa certification

Avec la recherche de toujours plus de naturel dans les produits, une part grandissante de vapoteurs veulent du bio. Malheureusement, il n’est possible à l’e-liquide d’être entièrement bio en raison de son propylène glycol. Néanmoins, dans les limites de sa possibilité à être bio de part sa glycérine végétale, l’e-liquide peut jouir du certificat ECOCERT, du label AB (Agriculture Biologique). Il faut juste savoir qu’en matière de produit du tabac, le naturel ne garantit pas la non-toxicité mais l’essentiel est que le consommateur est averti de tout risque sur la santé par l’affichage d’un signalement comme pour la présence de nicotine par exemple.

Conformité, fraude et précautions

Le commerce de cigarettes électroniques n’est pas épargné par les fraudeurs et la règle est de se tourner vers les producteurs certifiés. Les normes varient d’un pays à l’autre, toutefois, les certifications NOP pour les e-liquides provenant des USA et JAS pour ceux provenant du Japon sont des garanties de fiabilité. Cela dit, le vapoteur se doit de lire attentivement les étiquettes et découvrir notamment ce que dit la Fiche de Données de Sécurité du liquide de vapotage qui accompagne aujourd’hui chaque flacon. Il est à savoir que le site web ECOCERT informe le public au sujet des marques concernées par l’utilisation frauduleuse du label.
Classés « produits du tabac », les e-liquides sont concernés par une réglementation européenne qui poussent leurs producteurs et revendeurs à la mise en conformité. Tout comme les consommateurs, ces vendeurs honnêtes sont des gagnants dans cette situation du fait de la confiance que procure les produits officiellement agréés.

Partager cet article sur :

Faire un commentaire

Commentaires modérés. Aucun lien ne sera publié

*